Disparition : Jacques Herlin

Un comédien abonné aux seconds rôles qui restera dans le coin du cœur de nombreux cinéphiles.

Politis  • 12 juin 2014
Partager :

Les Monstres, de Dino Risi, Juliette des esprits, de Federico Fellini, Don Camillo en Russie, de Luigi Comencini, l’Étranger, de Luchino Visconti, la Propriété c’est plus le vol, d’Elio Petri, la Lune dans le caniveau, de Jean-Jacques Beineix, les Eaux printanières, de Jerzy Skolimovski, Une grande armée, de Ridley Scott, Welcome, de Philippe Lioret, les Adieux à la Reine, de Benoît Jacquot… Voilà quelques titres dans l’imposante filmographie de Jacques Herlin, décédé le 7 juin à 87 ans, comédien abonné aux seconds rôles, dont la première moitié de la carrière s’est déroulée en Italie. Il restera dans le coin du cœur de nombreux cinéphiles grâce à son interprétation très touchante de frère Amédée, le plus âgé des moines du film de Xavier Beauvois, Des hommes et des dieux.

Culture
Temps de lecture : 1 minute
Soutenez Politis, faites un don !

Envie de soutenir le journal autrement qu’en vous abonnant ? Faites un don et déduisez-le de vos impôts ! Même quelques euros font la différence. Chaque soutien à la presse indépendante a du sens.

Faire Un Don