Fin de vie : Deux affaires décisives

Le Conseil d’État devait rendre sa décision concernant l’avenir de Vincent Lambert. En parallèle, se tient le procès du Dr Bonnemaison.

Politis  • 26 juin 2014
Partager :

Le Conseil d’État devait rendre le 24 juin sa décision officielle concernant l’avenir de Vincent Lambert, tétraplégique en état végétatif depuis 2008. Le 20 juin, le rapporteur public, Rémi Keller, s’est prononcé contre la poursuite du traitement qui le maintient en vie. Son épouse, son neveu et ses six frères et sœurs réclament l’arrêt des soins. Ses parents y sont opposés et ont saisi la Cour européenne des droits de l’homme le 23 juin. Ils redoutent que le Conseil d’État instaure une possibilité d’euthanasie dans le droit français. En parallèle, se tient le procès du Dr Bonnemaison, accusé d’avoir euthanasié sept de ses patients âgés et en fin de vie entre 2010 et 2011. On lui reproche notamment d’avoir agi seul. Une seule des sept familles s’est constituée partie civile. L’issue de ces deux affaires pourrait créer des précédents.

Société
Temps de lecture : 1 minute
Soutenez Politis, faites un don !

Envie de soutenir le journal autrement qu’en vous abonnant ? Faites un don et déduisez-le de vos impôts ! Même quelques euros font la différence. Chaque soutien à la presse indépendante a du sens.

Faire Un Don