Le Conseil d'État se prononce pour l'arrêt des soins de Vincent Lambert

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


La décision du Conseil d’État était très attendue . Vendredi 20 juin, son rapporteur public, Remi Keller, s’était prononcé contre la poursuite du traitement qui maintient en vie Vincent Lambert, tétraplégique en état végétatif depuis 2008. Cette annonce avait affolé ses parents, qui y sont opposés car cela pourrait instaurer une possibilité d'euthanasie dans le droit français. Lundi 23 juin, ils ont saisi la Cour européenne des droits de l’homme. L'épouse de Vincent Lambert, son neveu et ses six frères et sœurs sont favorables à l'arrêt des soins.

Cette décision intervient alors que se tient le procès Bonnemaison devant la cour d’assises des Pyrénées-Atlantiques. Le Dr Bonnemaison est accusé d’avoir euthanasié sept de ses patients âgés et en fin de vie entre 2010 et 2011. On lui reproche notamment d’avoir agi seul. Une seule des sept familles s’est constituée partie civile.

L’issue de ces deux affaires pourrait créer des précédents. En 2000, le Comité consultatif national d'éthique s'était prononcé pour des exceptions d'euthanasie. En 2013, il n'est pas parvenu à un accord en son sein sur une légalisation du suicide assisté mais a appelé à faire évoluer la loi Leonetti. Cette même année, une conférence de citoyens s'est prononcée pour le droit au suicide assisté ainsi que pour des exceptions d'euthanasie.

La décision du Conseil d'État pourrait faire évoluer le débat dans les prochaines semaines.


Photo : Manuel Cohen

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.