Mermet viré, pluralisme menacé

On ne pouvait pas virer Mermet comme çà, à froid. Il fallait une « charrette », en espérant qu’elle serait bien pleine, et que ça ne se verrait pas trop. C’est ce qu’a dû penser la nouvelle direction de France Inter qui, profitant des bouleversements des programmes de rentrée, vient de congédier le gêneur. Depuis 1989 , Daniel Mermet, c’était « Là-bas si j’y suis ». Un ton, un style radiophonique sans équivalent, et plus encore un espace de liberté dans un monde contrôlé par l’idéologie libérale. Certains…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.
Haut de page

Voir aussi

Articles récents