Philippe Avron, le rire éclairé

Les Carnets d’artiste regroupent des textes de l’acteur décédé en 2010. Le témoignage d’un grand personnage autant qu’un livre d’amour à sa femme.

Gilles Costaz  • 19 juin 2014 abonné·es
Philippe Avron, le rire éclairé
© **Carnets d’artiste (1956-2010)** , Philippe Avron. L’Avant-Scène Théâtre, 320 p., 20 euros. Deux hommages doivent être rendus à Philippe Avron pendant le festival d’Avignon (Théâtre des Doms, 9 juillet, 18 h ; Conservatoire, 15 juillet, 17 h). Voir www.lesamisdavron.com Photo : AFP PHOTO / ANNE-CHRISTINE POUJOULAT

Il y a quatre ans, Philippe Avron mourait quasiment en scène. Il avait commencé un nouveau spectacle, Montaigne, Shakespeare, mon père et moi, mis en scène par Alain Timar, à Avignon. À 82 ans, il irradiait à la fois la jeunesse et la maladie. Le mal allait gagner. Avron ne put continuer à jouer et fut rapatrié à

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Théâtre
Temps de lecture : 3 minutes