Changer l’école

La généralisation des méthodes alternatives permettrait à tous les enfants d’accéder au savoir de ce socle commun qui aujourd’hui fait défaut à presque la moitié d’entre eux. Mais, entre soutien et méfiance, les expérimentations ont bien du mal à s’étendre.

Louise Pluyaud (collectif Focus)  • 10 juillet 2014
Partager :
Changer l’école
© Photo : TANNEAU / AFP

Environ 40 % des élèves ont des difficultés en lecture à l’entrée en sixième, selon les chiffres du Haut Conseil de l’éducation. Pour enfoncer le clou, l’enquête internationale Pisa 2013 publiée récemment par l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) vient de révéler que la France est la championne des inégalités sociales de réussite. Autrement dit, les élèves ne sont pas tous logés à la même enseigne devant l’apprentissage des savoirs. L’école républicaine, dont le but était de permettre l’égalité entre les citoyens, aurait donc failli à sa mission.

L’enquête Pisa n’est pas la seule à révéler les failles de l’éducation à la française. Face à une pédagogie classique périclitante, les écoles dites « différentes », et majoritairement privées, ne cessent de prouver leur efficacité depuis plus d’un siècle. Comment ne pas tirer les leçons de ce contraste saisissant ? Qu’est-ce qui protège si bien l’orthodoxie pédagogique ?

Ils sont pourtant nombreux, les enseignants qui innovent au sein même de l’école publique et s’évertuent à faire bouger les lignes de l’intérieur. Pour eux, la généralisation de ces méthodes alternatives permettrait à tous les enfants d’accéder au savoir de ce socle commun qui aujourd’hui fait défaut à presque la moitié d’entre eux. Mais, entre soutien et méfiance, leurs expérimentations ont bien du mal à s’étendre au-delà de leurs classes.
Car l’innovation, aussi prometteuse soit-elle, ne rallie pas encore toute la nation à sa cause et, parce qu’elle est synonyme de bouleversement et de remise en question, elle demeure toujours en marge du système. Face à l’école de Jules Ferry, les établissements Montessori, Freinet ou Decroly ne sont en effet pas de taille à rivaliser.

Publié dans le dossier
Palestine : Cette colère qui monte
Temps de lecture : 2 minutes
Soutenez Politis, faites un don !

Envie de soutenir le journal autrement qu’en vous abonnant ? Faites un don et déduisez-le de vos impôts ! Même quelques euros font la différence. Chaque soutien à la presse indépendante a du sens.

Faire Un Don