DVD : A Touch of Sin

Quatre destins, sous le signe d’une violence inouïe pour incarner la Chine contemporaine.

Politis  • 24 juillet 2014
Partager :

Quatre destins, sous le signe d’une violence inouïe pour incarner la Chine contemporaine. C’est ainsi qu’est construit ce film de Jia Zhangke d’une puissance exceptionnelle, prix du scénario à Cannes en 2013 – mais la Palme d’or eût été plus juste. Quatre personnages se défendent, se rebellent contre l’humiliation sociale, l’exploitation économique ou sexuelle. Mais ce mouvement qui atteste d’une reprise en main de son propre sort reste individuel, opaque et non partageable. Parce que radical, abrupt, sauvage et dénué de langage : il s’agit de meurtres, parfois ciblés, parfois gratuits, ou encore d’un geste définitif retourné contre soi : un suicide. Le cinéaste chinois signe une mise en scène époustouflante. Pour les scènes de meurtres, souvent stylisées, Jia Zhangke a emprunté aux films d’arts martiaux – le titre, A Touch of Sin, est un hommage à l’un d’eux, A Touch of Zen, de King Hu. Le cinéaste s’est aussi inspiré d’opéras classiques chinois, dont il a surtout retrouvé l’ampleur lyrique. Dans les suppléments, Jia Zhangke raconte quelles sont les circonstances qui ont fait naître le projet en lui. Tandis que les sinologues Marie Holzman et Alain Wang décrivent avec précision quel sens et quelles répercussions politiques ont les films du cinéaste dans son pays.

A Touch of Sin , Jia Zhangke, Potemkine.
Culture
Temps de lecture : 1 minute
Soutenez Politis, faites un don !

Envie de soutenir le journal autrement qu’en vous abonnant ? Faites un don et déduisez-le de vos impôts ! Même quelques euros font la différence. Chaque soutien à la presse indépendante a du sens.

Faire Un Don