Dossier : Intermittents : La bataille d'Avignon

Intermittents : La bataille d’Avignon

Le Festival d’Avignon aura-t-il lieu, oui ou non ? L’interrogation la plus pertinente aujourd’hui semble être la suivante : comment le Festival d’Avignon va-t-il se dérouler ?

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Le Festival d’Avignon aura-t-il lieu, oui ou non ? Il y a encore quelques jours, la question se posait en ces termes sans nuance. Mais, à quelques heures de l’ouverture de la grande manifestation théâtrale, qui va donner le la pour tous les festivals de l’été, la réponse ne paraît plus aussi tranchée. L’interrogation la plus pertinente aujourd’hui semble être la suivante : comment le Festival d’Avignon va-t-il se dérouler ? À écouter les deux grandes organisations représentatives des intermittents en lutte, la Coordination des intermittents e et la CGT Spectacle, tous les modes d’action seront recherchés, et pas forcément la grève – même si celle-ci a été décidée pour le premier jour, le 4 juillet. Mais le contexte n’est pas le même que celui du noir été 2003. Et ne pas jouer reste un déchirement intime et collectif. Voire, pour les compagnies du Off notamment, un sabordage. Pour autant, les intermittents sont loin de relâcher la pression et savent que de leur mobilisation à Avignon peut dépendre la suite des événements. Si la convention d’assurance chômage du 22 mars, pensée par le Medef, a vu son agrément signé par le ministre du Travail, rien n’est encore tout à fait joué. Le gouvernement, sentant l’incendie poindre, a annoncé dans le même temps l’ouverture d’une nouvelle concertation sur le régime de l’intermittence. « J’appelle tous les acteurs de culture […] à saisir la main qui leur est tendue », a écrit Aurélie Filippetti dans une tribune, le 30 juin. C’est pourtant bien le gouvernement qui, par sa surdité, a mis en péril Avignon. Il lui reste à entendre ce qu’y diront les intermittents.


Photo : AFP PHOTO / BORIS HORVAT

Haut de page

Voir aussi

Articles récents