Jean-Pierre Darroussin : « J’ai toujours eu le souci de la mise en scène »

Acteur, réalisateur, Jean-Pierre Darroussin est l’invité de la 55e édition des Ciné-Rencontres de Prades.

Christophe Kantcheff  • 10 juillet 2014 abonné·es
Jean-Pierre Darroussin : « J’ai toujours eu le souci de la mise en scène »
© Photo : AFP PHOTO / GUILLAUME BAPTISTE

Invité principal des Ciné-Rencontres de Prades (Pyrénées-orientales), Jean-Pierre Darroussin a répondu à la demande qui lui a été faite de concocter la programmation de ses propres films (ceux dans lesquels il joue et celui qu’il a réalisé). Il explique ici les raisons de ses choix et, ce faisant, témoigne à nouveau du haut degré de conscience cinématographique qui est le sien, et de sa préoccupation du spectateur.

Votre programmation ne comporte pas de films antérieurs à 1998. Pourquoi ?

Jean-Pierre Darroussin : C’est qu’on n’a pas trop envie de se voir comme une antiquité (rires). Plus sérieusement, ceux que j’ai retenus sont des films qui me parlent toujours. Ils ont continué à développer une part d’imagination en moi. C’est aussi le cas de certains films antérieurs à 1998, mais ils sont archi-connus, comme Marius et Jeannette ou Un air de famille. Il y a donc aussi l’idée de présenter des films qui ont été moins exposés, ou qui n’ont pas été bien vus. Par exemple, Qui plume la lune ?, de Christine Carrière, a été comme un enfant malade. Il est sorti le jour de la tempête de 1999, la moitié des cinémas étaient fermés. Ensuite, des problèmes de droits ont fait qu’il n’a jamais été édité en DVD. Et il n’est passé qu’une seule fois à la télévision. C’est un film qui reste mystérieux, un peu culte.

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Cinéma
Temps de lecture : 8 minutes