Jean Zin : « Le plaisir est un facteur de production »

Pour le philosophe Jean Zin, le temps libre n’a plus de sens dès lors que le travail est autonome, créatif et libéré du salariat.

Ingrid Merckx  • 24 juillet 2014 abonné·es
Jean Zin : « Le plaisir est un facteur de production »
Jean Zin est philosophe et écologiste. Ancien membre du Groupe de recherches interdisciplinaires Transversales, il a cofondé la revue Écorev’ et se consacre à son site : jeanzin.fr
© Un espace de coworking à Moscou. Alexsey Nichukchin/RIA Novosti

Philosophe et militant écologiste, Jean Zin défend une nécessaire adaptation aux nouvelles organisations du travail et un système associant revenu garanti, autonomie et coopération.

Quels rapports voyez-vous entre les revendications des intermittents et certaines réflexions portées par l’écologie politique ?

Jean Zin : La connexion avec les intermittents se situe à plusieurs niveaux. D’abord, il s’agit de sortir du productivisme capitaliste, c’est-à-dire du salariat, au profit du travail autonome, d’un travail choisi, plus

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Temps de lecture : 4 minutes