Pour la critique (À flux détendu)

Réduite à l’énonciation d’une simple humeur ou d’un jugement à la bourse des valeurs, la critique reste dans le champ de la consommation sans créer l’espace du débat démocratique.

Christophe Kantcheff  • 24 juillet 2014 abonné·es

Encore et toujours, il faut revenir sur la question de la critique. Non pour des raisons corporatistes, mais parce qu’il est nécessaire, pour les journalistes qui exercent cette activité, de

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Culture
Temps de lecture : 2 minutes