« Bois II », d'Elisabeth Filhol : Cette guerre sans nom

Un grand roman du temps présent, qui plonge loin dans le réel.

La Centrale mettait en scène des intérimaires nomades travaillant dans ces cathédrales modernes que sont les centrales nucléaires. Dans Bois II, des ouvriers ancrés dans leur région voient leurs usines s’évanouir, délocalisées ou, comme celle qui est au cœur du livre, vouées à la liquidation. Mais les salariés se révoltent, des ouvriers en majorité. « Quatre-vingt-sept personnes qui pour la plupart n’ont jamais vécu d’occupation d’usine. » Ils attendent leur patron, Mangin, qu’ils vont séquestrer dans…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Solastagie, le spleen de la nature perdue

Culture accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents