Censure : Les Squames à Angers

Une douzaine d’intégristes musulmans, soutenus par quelques-uns de leurs homologues catholiques, ont interrompu une représentation d’un spectacle de la compagnie de théâtre de rue.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


À Angers, le 12 septembre, au cours du festival des Accroche-Cœurs, une douzaine d’intégristes musulmans, soutenus par quelques-uns de leurs homologues catholiques, ont interrompu une représentation d’un spectacle de la compagnie de théâtre de rue Kumulus, les Squames. Ces esprits exaltés ont accusé de racisme un spectacle qui, précisément, selon son auteur, Barthélémy Bompard, « invite à se questionner sur le regard que nous portons sur l’autre, sur la manière dont on traite la différence ». Le maire UMP, Christophe Béchu, a dans un premier temps interdit le spectacle. Selon l’adjoint à la culture, celui-ci n’aurait « pas cédé face aux intégristes et à l’intimidation », mais aurait « voulu privilégier, sous la pression, la sécurité du public familial ». Puis le maire s’est ravisé en autorisant la représentation de ce spectacle de rue… dans une salle, sous haute surveillance policière. Dans un communiqué intitulé « Des artistes accusés de déranger, des élus tentés de censurer », l’Observatoire de la liberté de création, placé sous l’égide de la LDH, dresse le constat suivant pour le déplorer : « Depuis plusieurs mois, nous assistons à des actes d’entrave ou de censure des libertés artistiques. Ils sont de plus en plus souvent accompagnés d’une ingérence politique qui porte atteinte aux libertés d’expression, de création et de programmation. »


Haut de page

Voir aussi

Articles récents