Droits : Adoption des enfants nés par PMA à l’étranger

La Cour de cassation a décidé le 23 septembre qu’une procréation médicalement assistée à l’étranger n’était pas un « obstacle » à l’adoption.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


La décision était attendue : la Cour de cassation a décidé le 23 septembre qu’une procréation médicalement assistée à l’étranger n’était pas un « obstacle » à l’adoption. Bien que la majorité des tribunaux répondent positivement à ce type de demande, persistait une « instabilité juridique ». Si la PMA reste réservée aux couples hétérosexuels, la loi sur le mariage pour tous autorise l’adoption par les couples homosexuels. Rien n’interdit donc qu’un enfant soit adopté par l’épouse de sa mère, au nom de l’intérêt supérieur de l’enfant et du principe d’égalité.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents