Greenpeace

Pour leur intrusion dans la centrale nucléaire de Fessenheim, 55 militants de Greenpeace ont été condamnés à des peines de deux mois de prison avec sursis.

Politis  • 11 septembre 2014
Partager :

Pour leur intrusion, en mars dernier, dans la centrale nucléaire de Fessenheim, le tribunal correctionnel de Colmar a condamné, le 4 septembre, 55 militants de Greenpeace à des peines de deux mois de prison avec sursis. Si le procureur avait requis des peines de trois à quatre mois de prison avec sursis, les militants ont été relaxés pour les dégradations constatées sur les lieux. Il n’en reste pas moins des peines lourdes, sachant combien, avait souligné l’avocat de Greenpeace, ces actions sont « dangereuses pour tout le monde ». Certains militants s’étaient hissés sur le toit d’un des réacteurs, d’autres étaient parvenus à grimper sur le toit de la piscine de stockage du combustible.

Société
Temps de lecture : 1 minute
Soutenez Politis, faites un don !

Envie de soutenir le journal autrement qu’en vous abonnant ? Faites un don et déduisez-le de vos impôts ! Même quelques euros font la différence. Chaque soutien à la presse indépendante a du sens.

Faire Un Don