« On a grèvé », de Denis Gheerbrant : La victoire en chantant…

Dans On a grèvé, Denis Gheerbrant filme au jour le jour la lutte de femmes de chambre d’un hôtel Campanile pour la revalorisation de leur travail.

Les films les plus simples a priori ne sont pas forcément les moins riches. On a grèvé, de Denis Gheerbrant, est de ceux-là, qui suit au jour le jour une grève de femmes de chambre au pied d’un hôtel Campanile. Leurs revendications reposent avant tout sur la contestation de leur mode de rémunération, effectivement scandaleux : payées à la chambre, elles exigent de passer à un revenu à l’heure. Un type de conflit – et d’exploitation – on ne peut plus contemporain : il se déroule dans une activité de…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.