Quand le tango envoie valser le classicisme

Un double album retrace l’émancipation de ce genre musical dans les années 1960.

Né dans les faubourgs marins de Buenos Aires, destiné à faire danser puis rêver par la chanson des hommes venus de loin, le tango devient, durant les années 1940 et jusqu’au milieu de la décennie suivante, un phénomène de masse qui conjugue grands orchestres et paroles sentimentales. Lié de manière ambiguë au règne de Perón, l’âge d’or du tango classique se referme avec le coup d’état militaire, en 1955, qui chasse el Conductor. Les musiciens réagissent en faisant évoluer leur art. Ils le dissocient de la…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents