Secrets de cuisines

Le journaliste Jean-Claude Renard mène une enquête historique et politique sur la gastronomie française.

Denis Sieffert  • 4 septembre 2014 abonné·es
Secrets de cuisines
© **Arrière-cuisines** , Jean-Claude Renard, La Découverte, 250 p., 19 euros.

Àtravers les âges, la table a toujours été un marqueur social. Et, le moins que l’on puisse dire, c’est que, devant l’assiette, les inégalités ne vont pas en s’arrangeant. C’est, entre autres choses, ce que nous montre notre ami Jean-Claude Renard dans son « enquête sur les petits secrets de la gastronomie française ». Toute une histoire, depuis La Varenne (1618-1678) jusqu’à Cyril Lignac. Autrement dit, depuis l’invention de la grande cuisine aristocratique jusqu’à la cuisine business. Le premier, nous dit l’auteur, est l’homme qui rompt avec le manger du Moyen-Âge : « Il n’empile pas, il assemble. » Le second est lui-même un produit de consommation, habile communicant dont l’arrière-cuisine est un studio de télévision, lointain héritier du truculent Raymond Oliver. Mais, entre les deux, c’est une grande aventure que Renard nous conte… par le menu. On y croise l’histoire, l’économie et des figures légendaires comme Beauvilliers, loué par Brillat-Savarin, ou Méot, que ne dédaignaient pas Robespierre et Danton.

On y parle surtout beaucoup gastronomie. Car l’auteur n’oublie pas que son sujet est le plaisir. Il ne manque jamais, entre deux chiffres, de taquiner les papilles de son lecteur par l’évocation de mets qui ont fait le succès des gloires de la table. On y fait connaissance avec les « mères lyonnaises », dont la célèbre Mère Brazier. Quand la province conteste enfin l’hégémonie de Paris. On y rencontre aussi Fernand Point, le maître de la plupart des grands chefs de l’après-guerre. À sa façon, le livre de Renard est politique. S’il évoque les créateurs, il n’oublie pas la cuisine du pauvre. Celle que l’on servait au XVIIe siècle au « bouillon restaurant ». Celle que l’on goûte dans nos bistrots et qui est parfois excellente. Mais il y a une différence entre la table du riche de jadis et celle d’aujourd’hui. Là où il y avait surtout un écart de qualité, c’est à présent souvent la réputation, le nom, et parfois la « marque », qui font flamber l’addition. Ou, dans le meilleur des cas, le décor, car la beauté a un prix. La gastronomie est devenue un produit de luxe. Les grandes toques sont des hommes d’affaires avisés et mondialisés, comme l’habile Paul Bocuse. Aussi, il arrive que le contenu de l’assiette soit fortement surcoté, quand l’enseigne doit plus à la fréquence des prestations télévisées qu’à l’inventivité. Ou pire encore, quand il n’y a plus de « pilote » dans la cuisine, mais du tout cuit ou du sous-vide. C’est que la télé est passée par là. La pub et la mode aussi. Sans parler des effets pervers des guides, avec leurs toques et leurs étoiles. C’est de tout cela dont nous parle Renard, avec appétit. Son propos est critique mais jamais amer. Ce qui est bien naturel pour un gourmet.

Idées
Temps de lecture : 3 minutes

Pour aller plus loin…

« Le RN prospère sur la crise d’identité nationale qui frappe la France depuis 40 ans »
Entretien 16 juillet 2024 abonné·es

« Le RN prospère sur la crise d’identité nationale qui frappe la France depuis 40 ans »

La Ve République est tombée dans une impasse politique. Gilles Richard, historien des droites du XXe siècle, esquisse la possibilité d’un rapprochement entre les droites néolibérales et européistes au Parlement. Et redoute qu’Emmanuel Macron n’active l’article 16 de la Constitution.
Par Tristan Dereuddre
Contre la haine en cravate
Histoire 16 juillet 2024 abonné·es

Contre la haine en cravate

L’actualité française et internationale nous rappelle tout l’intérêt de l’enquête de l’historien Mark Bray sur l’antifascisme de 1945 jusqu’à nos jours, des deux côtés de l’Atlantique.
Par Olivier Doubre
Le pluralisme des médias, cible de l’extrême droite
Médias 11 juillet 2024

Le pluralisme des médias, cible de l’extrême droite

Spécialiste en sciences de la communication, François Jost montre le danger pour la démocratie de la concentration des médias entre des grands groupes privés. Et dénonce comment les médias Bolloré contournent leur obligation légale de pluralisme des opinions.
Par Olivier Doubre
Laissez les personnes non-blanches faire de la politique !
Chronique 11 juillet 2024

Laissez les personnes non-blanches faire de la politique !

Kaoutar Harchi souligne la place centrale des militants des quartiers populaires au sein de la gauche, dont certains ont pu accéder aux bancs de l’Assemblée nationale. Et qui laissent espérer pour ce pays un autre avenir que celui qui semblait, le 7 juillet, scellé.
Par Kaoutar Harchi