Bilan low cost pour Air France

Demi-victoire pour les pilotes, qui reprennent le travail après un conflit mal perçu par l’opinion.

Lou-Eve Popper  • 2 octobre 2014 abonné·es
Bilan low cost pour Air France
© Photo : CITIZENSIDE / VALENTINA CAMOZZA

Après quatorze jours de conflit, le Syndicat national des pilotes de ligne (SNPL), majoritaire à 71 %, a annoncé dimanche qu’il cessait la grève. Au contraire du Syndicat des pilotes d’Air France (SPAF), qui a reconduit son préavis jusqu’au 2 octobre pour obtenir que « la direction revienne sur ses positions et adopte un véritable dialogue social ». Cette reprise de l’activité pour la majorité des pilotes représente une demi-victoire pour le SNPL. Le projet de Transavia Europe, qui devait concurrencer les offres low cost des grandes compagnies européennes comme Ryanair ou Easyjet, a été abandonné. Mais les syndicats ont échoué à faire adopter un contrat unique pour les pilotes d’Air France et de Transavia, puisque ceux qui voleront à bord de la flotte Transavia le feront aux conditions de la low cost française.

Le combat des salariés d’Air France contre les délocalisations et pour préserver les conditions de travail est certes légitime. Aucun des salariés, au sein du groupe Air France-KLM, ne désirait voir ses conditions de travail alignées sur celles des salariés portugais, comme il était prévu avec Transavia Europe. Mais on peut regretter que cette lutte ait été menée par les pilotes et pour les pilotes, lesquels gagnent en moyenne 12 500 euros bruts par mois. Car les syndicats ont entamé leur bras de fer avec la direction du groupe et le gouvernement sans se soucier des emplois des autres salariés, qu’ils mettaient potentiellement en danger. Le 24 septembre, une manifestation a d’ailleurs regroupé des centaines d’opposants au conflit (personnel au sol et d’escale, agents de maintenance, techniciens, commerciaux et même quelques pilotes) devant le siège de la compagnie. Un vent de protestation a également soufflé parmi les pilotes du syndicat SNPL Transavia France, qui estiment que le plan de fin de conflit est trop favorable aux pilotes d’Air France. Ces derniers voulaient imposer à la direction de travailler pour la filiale low cost à la condition qu’ils soient promus plus rapidement commandants de bord, écartant ainsi les pilotes de Transavia de ce poste envié. En fin de compte, le conflit a souffert de l’image de nantis des pilotes. La direction, le gouvernement et les médias s’employant à ne voir là que des revendications corporatistes.

Travail
Temps de lecture : 2 minutes

Pour aller plus loin…

En commission, les députés rejettent la réforme de l’assurance-chômage
Récit 5 juin 2024 abonné·es

En commission, les députés rejettent la réforme de l’assurance-chômage

Ce 5 juin, la commission des affaires sociales a adopté la proposition de loi du groupe Liot visant « à protéger le modèle d’assurance-chômage et à soutenir l’emploi des seniors ». Un premier camouflet pour la majorité, qui a bien eu du mal à défendre la nouvelle réforme annoncée par Gabriel Attal.
Par Pierre Jequier-Zalc
Grand Paris Express : les comportements à haut risque d’un sous-traitant
Enquête 4 juin 2024 abonné·es

Grand Paris Express : les comportements à haut risque d’un sous-traitant

Deux ans et demi après le décès de João Baptista Fernandes Miranda sur le chantier de la gare Saint-Denis-Pleyel, le parquet de Bobigny a décidé de poursuivre une entreprise sous-traitante, Sampieri Construction, et deux de ses responsables pour homicide involontaire.
Par Pierre Jequier-Zalc
JOP 2024 : face à un « management brutal », l’embarras du ministère des Sports
Travail 3 juin 2024 abonné·es

JOP 2024 : face à un « management brutal », l’embarras du ministère des Sports

Plusieurs salariés pointent un climat social « tendu » dans le centre sportif de haut niveau de Montpellier et de Font-Romeu (Pyrénées-Orientales). Mais le ministère préfère mettre ce conflit long de plusieurs années sous le tapis olympique des Jeux.
Par Hugo Boursier
Assurance-chômage : une proposition de loi de salut public
Travail 29 mai 2024 abonné·es

Assurance-chômage : une proposition de loi de salut public

Alors que le gouvernement a détaillé sa réforme, d’une brutalité sociale inouïe, le groupe parlementaire Liot propose, dans le cadre de sa niche et soutenu par tous les syndicats, un texte qui vise à empêcher tout nouveau rabotage des droits des chômeurs. 
Par Pierre Jequier-Zalc