Bolivie : « La population indienne s’identifie massivement à Morales »

Le président sortant a été triomphalement réélu dimanche, dès le premier tour. Universitaire spécialiste de l’Amérique latine, Janette Habel décrypte les raisons de ce succès.

Denis Sieffert  et  Lou-Eve Popper  • 16 octobre 2014 abonné·es
Bolivie : « La population indienne s’identifie massivement à Morales »
© **Janette Habel** Politologue, enseignante à l’Institut des hautes études de l’Amérique latine à Paris-III, coprésidente de la Fondation Copernic. Photo : AFP PHOTO / JORGE BERNAL

Élu une première fois en 2006, Evo Morales a été reconduit dimanche pour un troisième mandat à la tête de la Bolivie. Il a obtenu 61 % des suffrages, contre 24 % à son rival Samuel Doria Medina. Premier président amérindien du pays, admirateur du Vénézuélien Chavez et de Fidel Castro, l’ancien berger de lamas de l’Altiplano jouit toujours d’une immense popularité au sein de la population « originaire » amérindienne. Son parti a également obtenu une large majorité à la Chambre basse et au Sénat. Janette Habel analyse ces résultats.

Un président réélu au premier tour, ça pourrait faire rêver dans nos régions. Comment expliquez-vous ce triomphe ?

Janette Habel : Plusieurs éléments peuvent expliquer la victoire écrasante d’Evo Morales à la présidentielle du 12 octobre,

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Monde
Temps de lecture : 4 minutes