C’est quoi, être de gauche ? Annie Ernaux : « Ce que je veux pour moi, tout le monde y a droit »

**Annie Ernaux** , écrivain.

Annie Ernaux  • 30 octobre 2014 abonné·es
C’est quoi, être de gauche ? Annie Ernaux : « Ce que je veux pour moi, tout le monde y a droit »
© Photo : C. Debru

Être de gauche, c’est un regard sur soi et sur le monde, sur soi dans le monde : voir l’Autre, qu’il soit malien ou chinois, hétéro ou homo, catholique, juif ou musulman, gitan, SDF, voire criminel, pédophile, comme d’abord semblable à soi et non pas d’abord différent, d’abord étranger.
C’est, au fond, le regard de Térence – ancien esclave, est-ce un hasard ? « Je suis homme et rien de ce qui est humain ne m’est étranger. »

Et donc, être de gauche, c’est considérer que ce que je veux pour moi – la liberté, un toit, l’égalité de traitement, de dignité, la justice, le respect, des perspectives d’avenir, etc. –, tout le monde y a droit. Devrait.

Être de gauche, fondamentalement, c’est ne pas prendre son parti de ce qui existe, de l’injustice du hasard de la naissance, de l’inégalité des conditions, des dominations sociales, culturelles, sexistes. C’est être convaincu que les sociétés sont perfectibles et non pas fondées sur un ordre naturel inéluctable.

Donc vouloir une politique qui corrige les injustices : priorité de l’éducation sur la répression, partage du travail, redistribution des richesses par l’impôt avec la taxation supérieure des revenus du capital sur ceux du travail, création d’un revenu minimum pour tous. Une politique écologique qui préserve l’avenir de la planète.

Être de gauche, ce n’est pas être idéaliste, mais au contraire très réaliste, en refusant les « recettes » libérales et le repli conservateur, en misant sur les forces actives de toutes les composantes – y compris la plus récente – de la société française.

Politique
Temps de lecture : 1 minute

Pour aller plus loin…

Patrice Bessac : « Nous ne pouvons pas laisser la France à l’extrême droite » 
Entretien 24 mai 2024 abonné·es

Patrice Bessac : « Nous ne pouvons pas laisser la France à l’extrême droite » 

Le maire communiste de Montreuil alerte sur la possibilité de l’arrivée du Rassemblement national au pouvoir, ce qui créerait, selon lui, un « nouveau système politique » auquel « les maires seront les premiers confrontés ». L’édile de Seine-Saint-Denis en appelle à toutes les gauches en vue de la prochaine élection présidentielle pour sortir de la minorité.
Par Lucas Sarafian
Nouvelle-Calédonie : « La position de la France dans le Pacifique est fragile »
Entretien 21 mai 2024 abonné·es

Nouvelle-Calédonie : « La position de la France dans le Pacifique est fragile »

La directrice de l’Observatoire géopolitique de l’Indo-Pacifique à l’Institut de relations internationales et stratégiques, Marianne Péron-Doise, revient sur les enjeux régionaux de la crise calédonienne.
Par Patrick Piro
« Les Kanaks ne renonceront jamais à l’indépendance »
Nouvelle-Calédonie 21 mai 2024 abonné·es

« Les Kanaks ne renonceront jamais à l’indépendance »

Le gouvernement porte la responsabilité des violences en Nouvelle-Calédonie, accuse Dominique Fochi, secrétaire générale de l’Union calédonienne, principal parti indépendantiste du pays.
Par Patrick Piro
« Si la coalition des droites l’emporte, cela pourrait entraîner la plongée vers le chaos »
Entretien 21 mai 2024 abonné·es

« Si la coalition des droites l’emporte, cela pourrait entraîner la plongée vers le chaos »

La tête de liste des Écologistes tente de défendre ses propositions proeuropéennes, comme le fonds de souveraineté écologique ou le droit de veto social. Et dénonce l’extrême droite de Jordan Bardella.
Par Vanina Delmas