Douleur muette

Jacques Vincey met en scène Yvonne, princesse de Bourgogne dans une belle clarté.

Yvonne, la princesse muette imaginée par Witold Gombrowicz, n’est pas une femme laide. C’est une femme sans éclat, dont la beauté ou la laideur sont à deviner, à trouver, à débusquer. Mais on n’aura pas le temps de la trouver séduisante ou déplaisante. Toute la cour va la haïr. Reprenons au début : le prince Philippe de Bourgogne rencontre Yvonne. D’autres femmes lui plaisent, mais il se bat en lui-même contre les idées toutes faites et contre les stéréotypes de la beauté et de la vie à la cour. À la…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents