La fermeture de Fessenheim reportée ?

François Hollande s’était engagé, lors de sa campagne présidentielle, à fermer la doyenne des centrales françaises.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Un rapport parlementaire préconise le report de la fermeture de la centrale nucléaire de Fessenheim. François Hollande s’était engagé, lors de sa campagne présidentielle, à fermer la doyenne des centrales françaises avant la fin de son mandat. Mais pour les députés Hervé Mariton (UMP) et Marc Goua (PS), un arrêt dès 2016 pourrait coûter 5 milliards d’euros à l’État « sans même commencer le démantèlement ». Tout en dénonçant le « chantage » destiné à peser sur cette décision, la ministre de l’Écologie, Ségolène Royal, ne s’est pas encore prononcée sur la fermeture de Fessenheim, ou d’une autre centrale, prévenant qu’elle examinerait les propositions d’EDF afin de savoir « quels sont les deux réacteurs qui coûtent le plus cher en termes d’investissement pour être remis aux normes ».


Haut de page

Voir aussi

Articles récents