Les principaux « assistés »

Sébastien Fontenelle livre un brûlot sur les aides à la presse la plus libérale.

C’est l’histoire d’une vaste gabegie. À regarder la répartition des quelque 400 millions d’euros versés chaque année à la presse, on observe qu’en 2013 le Figaro a perçu 16,1 millions d’euros, contre 6,3 millions pour l’Express, 4,6 millions pour le Point ou 1 million pour Valeurs actuelles. De quoi inciter le chroniqueur Sébastien Fontenelle à rappeler dans ce brûlot chargé d’ironie, Éditocrates sous perfusion, combien cette presse, « en même temps qu’elle ensevelit l’État sous une avalanche…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents