Turquie : Des chars à la frontière syrienne

Une réaction à trois obus de mortier qui ont frappé son territoire, le 29 septembre.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


La Turquie a renforcé son dispositif militaire à la frontière avec la Syrie en y acheminant une dizaine de chars et de véhicules blindés. Et ce en réaction à trois obus de mortier qui ont frappé son territoire, le 29 septembre. De l’autre côté de la frontière, le groupe extrémiste État islamique (EI) tente de s’emparer de la ville d’Aïn al-Arab pour contrôler une partie du territoire le long de la frontière turque. Ankara décidera cette semaine d’une intervention militaire en Syrie et en Irak, et ainsi de son engagement dans la coalition internationale contre l’EI.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.