« Vie sauvage », de Cédric Kahn : « Je ne suis ni un juge ni un moralisateur »

Avec Vie sauvage, Cédric Kahn montre la vie en marge d’un père et de ses deux fils. Il explique ici pourquoi et comment il s’est emparé de cette histoire vraie.

Àl’origine de Vie sauvage, un fait divers très médiatisé il y a quelques années : l’affaire Fortin, du nom de ce père qui a vécu avec ses deux enfants dans la clandestinité pendant dix ans. Le film commence là où le drame se noue. La mère (Céline Sallette), n’en pouvant plus d’une vie en marge, les pieds dans la boue (très concrète à l’écran), fuit avec ses deux garçons, Okyesa et Tsali. Le père (Mathieu Kassovitz) les retrouve, ses fils souhaitent le suivre, mais la justice en décide autrement. Par…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents