Delphine Batho : « La seule chose à faire, c’est annuler Sivens »

Pour la députée PS Delphine Batho, ex-ministre de l’Écologie, le scandale du barrage tarnais découle de l’abandon par le gouvernement d’une politique de l’eau ambitieuse au profit d'intérêts privés.

Patrick Piro  • 13 novembre 2014 abonné·es
Delphine Batho : « La seule chose à faire, c’est annuler Sivens »
© Photo : AFP PHOTO / REMY GABALDA

Ce sont des décisions prises au cœur de l’État, à la suite de son limogeage, qui ont conduit à l’affaire de Sivens, révèle l’ancienne ministre. Si les travers du dossier et les dysfonctionnements de son instruction sont largement à mettre au compte de la pratique d’élus locaux, le feu vert pour ce type de barrage dévolu à l’irrigation a été donné par le gouvernement, qui a fait passer l’environnement au second plan au profit d’intérêts particuliers.

Dans l’affaire de Sivens, les autorités avaient été saisies depuis de longs mois par les associations écologistes. L’intérêt général a-t-il été traité par le mépris ?

Delphine Batho :  Les pouvoirs

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Écologie
Temps de lecture : 7 minutes