« Démocratie, année zéro », de Christophe Cotteret : « Dégage », crient-ils

Christophe Cotteret revient sur les origines sociales et politiques de la révolution tunisienne.

C’est une main levée qui occupe le premier plan du film. Non pas un poing, mais une main ouverte, paume déployée. Celle de Gilbert Naccache, un Tunisien opposant historique à Bourguiba, emprisonné de 1968 à 1979. « Nous sommes peut-être au point de départ d’un ensemble de révolutions du XXIe siècle. Avec quelque chose de très nouveau dans l’histoire de l’humanité : une révolution de la société civile contre la société politique tout entière. » La formule de Naccache se veut le préambule de Démocratie,…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents