L'avenir selon le Ku Klux Klan

Et si le Ku Klux Klan s’ouvrait aux noirs ? C’est la proposition très iconoclaste (si l’on ose dire) d’un responsable de la confrérie américaine qui fêtera, l’an prochain, ses 150 ans de combat pour la suprématie de la «race blanche» . Déclenchant la colère en interne, John Abarr, qui est un peu ce que Marine Le Pen est au Front national – un «moderniste dédiabolisateur» –, souhaite ainsi substituer à la notion de race, celle de nation : «En réalité, ce pour quoi se bat le Ku Klux Klan c'est une Amérique…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.
Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.