Tony Allen : Batteur d’ombre et de lumière

Avec Film of Life, son dixième album solo, le pionnier de l’afrobeat Tony Allen poursuit son inlassable exploration.

« Pour moi, un voyage au Nigeria est toujours un pèlerinage aux sources tant il est vrai que le Nigeria est notre Grèce noire », déclarait Léopold Sedar Senghor en 1966 à l’occasion de l’ouverture du premier festival mondial des Arts nègres de Dakar. Le Nigeria, berceau d’une civilisation dont l’humanité a tant de mal à reconnaître l’ampleur… Et c’était sans savoir ce qui était en train de se jouer dans les clubs de Lagos en cette fin des années 1960 : l’une des rencontres musicales les plus fertiles de…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents