Barbie, l’impossible femme parfaite

Retour sur le destin de la poupée la plus célèbre du monde. Tant haïe qu’adorée.

Elle ravit les fillettes et agace les féministes. Mais celles-ci peuvent bien râler : toutes les trois secondes, une Barbie est vendue dans le monde, selon l’entreprise Mattel, qui la commercialise. Cinquante-cinq ans et des milliards de dollars dans le porte-monnaie, la poupée américaine n’affiche, ces dernières années, qu’une petite ride de contrariété : le Danois Lego a détrôné Mattel comme leader mondial du marché du jouet. Et de nouvelles poupées plus « branchées » tentent de lui ravir sa place dans…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents