Incident au conseil municipal de Neuilly

Lena Bjurström  • 19 décembre 2014 abonné·es
Incident au conseil municipal de Neuilly
© Photo : Jean-Christophe Fromantin à l'Assemblée nationale en juillet dernier (FRANCOIS GUILLOT / AFP)

Un conseiller municipal UMP qui s’inquiète des positions d’un député-maire UDI, hostile au droit fondamental à l’interruption volontaire de grossesse (IVG) : l’anecdote est inhabituelle.

Hier, le conseil municipal de Neuilly s’est soldé par un accrochage entre Franck Keller, conseiller municipal UMP, et le député-maire UDI Jean-Christophe Fromantin. En cause, le refus de ce dernier de répondre à une question sur les conséquences de son vote contre le texte réaffirmant le droit à l’IVG à l’Assemblée nationale le 26 novembre.

Lire > L’Assemblée réaffirme le droit à l’IVG dans un texte aseptisé

Un vote controversé que le député-maire n’apprécie pas qu’on remette sur la table. Ce que s’est empressé de faire Franck Keller.

Lors du dernier Conseil municipal de Neuilly, le conseiller municipal UMP s’est inquiété des conséquences de ce vote sur la politique du député-maire :

« Comment les Neuilléens peuvent-ils être assurés que vous ne ferez pas de pressions, comme cela se passe dans certains endroits, sur les médecins qui font des avortements à Neuilly, sachant que vous êtes le Président du conseil d’administration de l’hôpital de Neuilly ? »

En réponse, Jean-Christophe Fromentin a conclu le conseil sans répondre à la question posée. Une réaction agacée que Franck Keller ne s’est pas privé de filmer.

Voir la vidéo en ligne sur Youtube :

Contacté par Politis , Jean-Christophe Fromantin n’a pas souhaité commenter davantage cet incident, considérant que le conseil municipal n’était pas le lieu pour cette question et qu’il avait déjà justifié sa position sur l’IVG en novembre, en réponse à des critiques de son propre parti.

Le député-maire s’était en effet attiré les foudres de plusieurs membres de l’UDI en votant contre la résolution sur le droit à l’avortement. Certains, comme Chantal Jouanno, l’avaient même invité à quitter sa formation politique, où il n’avait « pas vraiment sa place » .

En réponse, le député-maire de Neuilly avait tenté de justifier sa position, arguant que le texte ne réaffirmait en rien le projet de Simone Veil, dans lequel il s’agissait « d’ouvrir une dérogation au principe de protection de l’être humain » . «[La] transformation [de cette dérogation] en droit fondamental […] ouvre la banalisation de l’avortement, affirme-t-il sur son site, et marque un changement profond au principe d’exception qui prévalait jusqu’à présent » .

Politique Société
Temps de lecture : 2 minutes

Pour aller plus loin…

Comment l’extrême droite veut remporter la bataille idéologique grâce aux think tanks
Réseaux 30 mai 2024 abonné·es

Comment l’extrême droite veut remporter la bataille idéologique grâce aux think tanks

Depuis sa création en 1981, l’Atlas Network cherche à imposer des idées politiques conservatrices et économiques libertariennes. Un réseau auquel la France est aujourd’hui loin d’être imperméable.
Par Tristan Dereuddre
« Avec ce qu’il se passe en Palestine, je ne peux pas ne pas voter »
Reportage 29 mai 2024 abonné·es

« Avec ce qu’il se passe en Palestine, je ne peux pas ne pas voter »

Ce 28 mai au soir, des milliers de personnes, dont une majorité de jeunes, se sont réunies place de la République en soutien à la Palestine, avant de se retrouver pour certain·es au « Manifestival » organisé par Louis Boyard. Sébastien Delogu, le député ayant brandi un drapeau palestinien à l’Assemblée, y est apparu.
Par Éléna Roney
Drapeau palestinien à l’Assemblée : les sanctions à géométrie variable de Yaël Braun-Pivet
Parlement 29 mai 2024 abonné·es

Drapeau palestinien à l’Assemblée : les sanctions à géométrie variable de Yaël Braun-Pivet

Après avoir brandi un drapeau palestinien dans l’Hémicycle, le député LFI Sébastien Delogu a été suspendu pour 15 jours, la peine maximale pour un député. La présidente de l’Assemblée est coutumière de ce type de traitement partial, dénoncé par l’ensemble de la gauche.
Par Tristan Dereuddre
« Dans cette campagne, nous assumons de parler d’Europe »
Élections européennes 29 mai 2024 abonné·es

« Dans cette campagne, nous assumons de parler d’Europe »

Aurore Lalucq, eurodéputée en 4e position sur la liste PS-Place publique conduite par Raphaël Glucksmann, défend la pertinence de l’échelon européen face à la Russie et à la Chine. Et met en avant des propositions qui pourraient convaincre les classes populaires.
Par Lucas Sarafian