La fin de vie, un choix à respecter ?

Les « directives anticipées » permettent à toute personne majeure de formuler par écrit son refus de l’acharnement thérapeutique. D’optionnel, le dispositif pourrait devenir contraignant pour le corps médical.

Ingrid Merckx  • 8 janvier 2015 abonné·es

On dit « DA », pour « directives anticipées ». Soit des dispositions que chaque personne majeure peut prendre – par écrit – pour exprimer ses souhaits sur la possibilité de limiter ou d’arrêter des traitements si elle se trouve en fin de vie et dans l’incapacité de l’exprimer. L’enjeu est triple. D’abord, limiter le déchirement des proches en charge de décisions

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Société
Temps de lecture : 4 minutes