La guerre civile syrienne déborde au Liban

Au pays du cèdre, l’afflux massif de réfugiés fuyant la Syrie réveille le souvenir douloureux de l’occupation par l’armée de Damas. Envoyée spéciale à Beyrouth, Gwenaëlle Lenoir.

Hamza Hommos est fatigué. Derrière ses lunettes carrées, ses yeux s’embuent parfois. « L’hiver est là. Le matin, il fait froid, alors lui, là-haut, dans les montagnes, avec ses vêtements d’été… », murmure-t-il en désignant une photo piquée sur une bâche en plastique. Ce portrait, c’est celui de son fils, Waël, gendarme de 34 ans, père de deux fillettes et otage du Front al-Nosra depuis le 2 août dernier. Ce jour-là, à Ersal, à la frontière avec la Syrie, l’armée libanaise arrête à un barrage militaire Imad…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.