Le Scandale Paradjanov

Sergueï Paradjanov fut l’un des cinéastes de l’ère soviétique les plus persécutés par le régime.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Avec son ami Andreï Tarkovski, Sergueï Paradjanov fut l’un des cinéastes de l’ère soviétique les plus persécutés par le régime. Né en Géorgie, d’origine arménienne – son vrai nom est Paradjanian –, il est l’auteur d’une œuvre extraordinaire, d’une singularité esthétique et poétique sans commune mesure. Les Chevaux de feu (1964) et Sayat Nova, la couleur de la grenade (1966) sont ses films les plus réputés. Le comédien Serge Avédikian, qui joue le rôle-titre, a mis à l’écran, avec Olefa Fetisova, la vie de Paradjanov, en évitant le récit académique, qui aurait été un contresens. Les réalisateurs font preuve d’une fantaisie opportune en ayant recours, par exemple, aux images d’animation. Le Scandale Paradjanov raconte avec intelligence comment cet artiste au génie intraitable, avide de liberté, s’est vu, pour ces raisons mêmes, emprisonné pendant 5 ans pour homosexualité (inexistante) et brisé dans son élan créateur, puisqu’il ne put tourner de 1966 à 1986. Décédé en 1990, il n’eut le temps de réaliser que deux ultimes œuvres.


Le Scandale Paradjanov , Serge Avédikian et Olefa Fetisova, 1 h 35.

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.