L’enfance, un animal sauvage

Avec Panthère, le très jeune, très doué et déjà très reconnu Brecht Evens a trouvé une sincérité belle comme son dessin. Un tournant pour lui, une merveille pour nous.

Il n’y a pas même besoin d’ouvrir Panthère pour être happé. L’animal est là, sur la couverture, petits pois réguliers – rouge, vert, turquoise – sur des bandes de couleur – orange, rose, pistache – espacées de blanc, comme des muscles aquarelle au pinceau large. Sa tête et ses griffes sont celles d’un lion chinois, son corps entoure sans la toucher une petite fille assise par terre, peau bleue, robe rose à motif œil de paon. La panthère et l’enfant se regardent. Entre elles, ni sourire ni défiance. Elles…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Dépasser la sidération immédiate

Tribunes accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.