« Ne sapons pas la démocratie au prétexte de la défendre »

Alors que les lois antiterroristes sont déjà très répressives en France, le gouvernement prévoit d’alourdir encore l’arsenal juridique. Une position risquée, estime la juge Laurence Blisson.

Pauline Graulle  • 21 janvier 2015 abonné·es
« Ne sapons pas la démocratie au prétexte de la défendre »
© **Laurence Blisson** est secrétaire nationale du Syndicat de la magistrature. Photo : AFP PHOTO / JUSTIN TALLIS

Si l’heure n’est pas à un « Patriot Act » à la française, les nouvelles mesures envisagées contre le terrorisme vont peser sur les libertés individuelles et la manière de rendre la justice, explique Laurence Blisson, juge d’application des peines.

**Faut-il vraiment renforcer les lois antiterroristes après les attentats des 7 et 9 janvier ? **

Laurence Blisson : L’arsenal législatif de lutte contre le terrorisme est déjà très répressif en France. Depuis 1986, on assiste à un durcissement continu de cette architecture pénale construite autour de « l’association de malfaiteurs » et d’une définition très large des actes terroristes. Depuis l’arrivée de François Hollande à l’Élysée, pas moins de deux lois antiterroristes ont été votées. La loi de novembre 2014 a créé

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)