Syriza : Des marges de manœuvre étroites

La victoire historique de Syriza ouvre une confrontation difficile avec l’Union européenne. En s’alliant à un parti de droite souverainiste, Alexis Tsipras montre qu’il n’entend pas céder sur ce terrain.

Alerte rouge dans la maison Europe. Pour la première fois, une formation de la gauche anti-libérale, opposée aux politiques dictées par l’Union européenne, accède aux commandes d’un gouvernement. Après cinq ans d’austérité, qui ont mis le pays en coupe réglée et se sont traduits par un recul du niveau de vie des Grecs sans précédent dans un pays européen en temps de paix, la victoire de Syriza était attendue. Elle n’en constitue pas moins une révolution dans les urnes que les dirigeants européens entendent…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.