Une bruyante minute de silence

Ce ne sont pas tant les principes républicains qui sont en cause qu’une certaine façon péremptoire de les invoquer.

Denis Sieffert  • 22 janvier 2015 abonné·es

Le temps est venu de s’interroger : que va-t-il rester de ces journées tragiques ? Une mémoire vive et blessée sans aucun doute. Et après ? Serons-nous capables d’en garder le meilleur en sachant laisser de côté le pire ? Saurons-nous conserver dans notre patrimoine commun la mobilisation des consciences ? Car ce n’est pas rien ! En quelques jours, les événements ont contraint le pays à une réflexion sur la liberté et ses limites, sur la relation entre diversité et principes républicains, sur le rôle de l’école et l’insuffisance des moyens qui lui sont accordés. Et même sur la place de la France dans le monde.

Plus prosaïquement, on pourra aussi méditer sur la volatilité des opinions publiques et la fragilité des prévisions en politique. Nous voilà à présent avec un

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)

Une analyse au cordeau, et toujours pédagogique, des grandes questions internationales et politiques qui font l’actualité.

Temps de lecture : 5 minutes