Argentine : L’affaire Nisman descend dans la rue

Dans un contexte préélectoral, la mort suspecte du procureur a donné lieu à une énorme manifestation anti-gouvernementale. Correspondance à Buenos Aires, Soizic Bonvarlet.

«C e sont les larmes de Nisman, ému devant la multitude venue lui rendre hommage », commentait un manifestant sous les trombes d’eau qui se sont abattues à Buenos Aires pendant la marche du 18 février. D’autres ironisaient sur un pacte avec le diable, scellé par le gouvernement pour refréner la foule. Des commentaires qui révèlent l’âpreté du débat au sein de la société argentine depuis la mort suspecte d’Alberto Nisman. D’un côté, l’opposition accuse le gouvernement d’être responsable directement ou…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Louis Mieczkowski, l'insaisissable

Société accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.