Bisphénol A : rien à craindre !

Le perturbateur endocrinien revient par la fenêtre européenne.

Patrick Piro  • 5 février 2015 abonné·es

Quelques incertitudes sur les effets sanitaires potentiels, mais aucun risque pour la santé, y compris pour les femmes enceintes et leur bébé : l’Autorité européenne pour la sécurité des aliments (Efsa) a décidé de laisser en paix le bisphénol A. Étonnement et suspicion, en France en particulier, pays qui l’a interdit dans les biberons depuis 2010 et dans tous les contenants alimentaires depuis le 1er janvier – une première mondiale. Cette molécule, vedette de l’industrie des plastiques, est un perturbateur endocrinien reconnu dont les interactions avec le système hormonal peuvent déclencher des cancers et affecter les systèmes reproductif ou neuronal. Certes, mais l’exposition du public est trop faible pour justifier une alarme, écrivent en substance les auteurs. Pourtant, en 2013, l’Anses, l’équivalent de l’Efsa en France, avait inversement conclu à la nécessité de réduire les expositions.

La ministre de l’Écologie, Ségolène Royal, s’est ouvertement interrogée sur le « poids des lobbies » dans ce blanc-seing accordé au bisphénol A. En effet, Bruxelles est depuis des mois le siège d’un bras de fer intense quant à l’établissement d’une feuille de route pour limiter l’impact des perturbateurs endocriniens. Le processus est entravé faute de consensus sur le périmètre des molécules concernées : les industriels se battent farouchement pour dénaturer le texte, réclament toujours plus d’études complémentaires et divulguent des chiffres alarmistes sur le sinistre qui guette leur branche. Pourtant, près de mille études dans le monde font état de la toxicité du bisphénol A, rappelle le très sérieux Réseau santé environnement. Le Danemark et la Belgique ont, comme la France, imposé des restrictions sur son utilisation. Agacée du retard suspect pris par la Commission sur ce dossier, la Suède l’a même menacée de poursuites l’an dernier.

Écologie
Temps de lecture : 2 minutes

Pour aller plus loin…

De Poitiers à La Rochelle, une lutte contre les mégabassines entre flammes et océan
Reportage 22 juillet 2024

De Poitiers à La Rochelle, une lutte contre les mégabassines entre flammes et océan

Au cours d’une semaine de mobilisation contre les mégabassines, des milliers manifestants se sont rassemblés dans les Deux-Sèvres à l’appel des Soulèvements de la terre et de Bassines Non Merci. Les 19 et 20 juillet, les militants ont manifesté à côté de Poitiers et à La Rochelle pour exiger un moratoire. Récit et photos.
Par Maxime Sirvins
Le lycée agricole de Melle, pépinière du mouvement antibassines
Reportage 15 juillet 2024 abonné·es

Le lycée agricole de Melle, pépinière du mouvement antibassines

L’établissement des Deux-Sèvres voit mûrir au sein de son BTS gestion et protection de la nature une nouvelle génération d’activistes contre l’accaparement de l’eau. Ses élèves aux parcours sinueux trouvent dans ce terroir et son activité militante le déclic d’un engagement durable.
Par Sylvain Lapoix
L’écologie unie face à l’extrême droite
Écologie 25 juin 2024

L’écologie unie face à l’extrême droite

À l’initiative de Reporterre, de nombreuses ONG, penseurs écologistes et militants se sont réunis le lundi 24 juin à Paris. L’objectif : dénoncer l’imposture écologique de l’extrême droite et les dangers de son accession au pouvoir sur l’environnement.
Par Tristan Dereuddre
« Le RN n’a rien compris aux leviers de la lutte contre le dérèglement climatique »
Entretien 17 juin 2024

« Le RN n’a rien compris aux leviers de la lutte contre le dérèglement climatique »

Jean-François Julliard, directeur général de Greenpeace France revient sur la menace que représente l’extrême droite climatosceptique pour la transition écologique et sociale, et sur le rôle décisif de la société civile auprès du Nouveau Front populaire.  
Par Vanina Delmas