Parutions de la semaine

Politis  • 12 février 2015
Partager :

Le Minotaure planétaire L’Ogre américain, la désunion européenne et le chaos mondial

Yanis Varoufakis, éditions du Cercle, 381 p., 22,90 euros.

Écrit avant que son auteur ne devienne ministre des Finances du gouvernement d’Alexis Tsipras, le livre de l’économiste grec Yanis Varoufakis, publié en 2011 puis revu et augmenté en 2014 pour l’édition française, s’appuie sur une allégorie, « le Minotaure planétaire », pour désigner le capitalisme financier mondial, dont le cœur se trouve à Wall Street. L’économiste aborde les causes de la crise planétaire qui a suivi 2008 et ses nombreuses manifestations à travers le monde d’un point de vue géopolitique. Cet essai iconoclaste et palpitant est disponible en version numérique, la sortie nationale est prévue fin mars.

Marre de cette Europe-là ? Moi aussi…

Guillaume Duval, Textuel, 112 p., 15 euros.

Le coup de gueule salvateur de Guillaume Duval, rédacteur en chef d’ Alternatives économiques, vise l’ensemble des politiques européennes, notamment l’Europe-marché qui organise la concurrence effrénée de tous contre tous. Dans cet entretien, l’économiste s’en prend aux responsables politiques et aux économistes qui proposent de sortir de l’euro, avec en prime un retour vers de supposées « valeurs » nationales qui fleurent bon le chauvinisme et la xénophobie. Marre de cette Europe ultralibérale et technocratique ? D’accord, mais refonder le projet européen est aussi la grande question qui traverse ce livre.

Le business des faillites :

enquête sur ceux qui prospèrent sur les ruines de l’économie française

Cyprien Boganda, La Découverte, 197 p., 16 euros.

Cette éclairante enquête de Cyprien Boganda, journaliste à l’Humanité dimanche, décrit les rouages discrets d’un business cynique. Comment expliquer que le nombre de faillites soit, en France, près de trois fois plus élevé qu’en Allemagne ou au Royaume-Uni ? Celles-ci sont si nombreuses (173 par jour en 2013) qu’elles constituent un secteur économique à part entière. De grands noms du capitalisme hexagonal ont bâti leur fortune sur la faillite d’entreprises. Emplois détruits, salariés sur le carreau, usines laissées à l’abandon ne sont que la partie émergée d’un phénomène édifiant. Car une constellation de fonds et de cabinets divers s’enrichit sur leur dos.

Idées
Temps de lecture : 2 minutes
Soutenez Politis, faites un don !

Envie de soutenir le journal autrement qu’en vous abonnant ? Faites un don et déduisez-le de vos impôts ! Même quelques euros font la différence. Chaque soutien à la presse indépendante a du sens.

Faire Un Don

Pour aller plus loin…

Mauvaises filles
Chronique • 25 janvier 2023

Mauvaises filles

L’historienne et féministe Christelle Taraud clame dans cette chronique son amour pour les « filles des champs ou du macadam, filles de fortifs ou de bidonvilles, filles de joie ou bien de peine »… et toutes les autres.
Par Christelle Taraud
Musulmans français, l’ethnicisation par la religion
Sociologie • 25 janvier 2023 abonné·es

Musulmans français, l’ethnicisation par la religion

Sociologue, Marie-Claire Willems s’interroge dans un essai fouillé et rigoureux sur l’identité musulmane dans la société française aujourd’hui. En montrant combien il est complexe de s’en détacher, telle une assignation d’origine ethnique. Et non une croyance religieuse.
Par Olivier Doubre
« L’écologie est une bataille collective, systémique et anticapitaliste »
Entretien • 25 janvier 2023 abonné·es

« L’écologie est une bataille collective, systémique et anticapitaliste »

Depuis 2018, la jeune militante Léna Lazare réfléchit aux stratégies pour faire vaciller la politique néolibérale et antiécologique des macronistes. Et s’en prend aux « technosolutionnistes ». Un regard lucide et radical jamais hors sol.
Par Vanina Delmas
Critiquer l’intersectionnalité, ou l’épreuve de l’ordre zoosocial
Intersections • 20 janvier 2023

Critiquer l’intersectionnalité, ou l’épreuve de l’ordre zoosocial

Les catégories « humain » et « animal » n’existent pas a priori mais seulement au terme des processus d’humanisation et d’animalisation des individus. Ne pourrait-on attendre des approches intersectionnelles qu’elles incluent la frontière animal/humain à leur analyse de la structuration inégalitaire de l’ordre social ?
Par Kaoutar Harchi