Photographie : Doisneau l’humaniste

cette somme réunie par Jean-Claude Gautrand rassemble plus de 400 images.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


On y retrouve les classiques du photographe, avec ses mômes chahuteurs, son baiseur de l’Hôtel de Ville, son Paris popu et sa banlieue. Mais, surtout, cette somme réunie par Jean-Claude Gautrand (lui-même photographe), rassemblant plus de 400 images, propose un panorama complet de l’œuvre de ce chantre de l’humanisme. Des premiers clichés, en 1930, aux derniers, en 1991, entre noir et blanc et couleur, certains peu connus, d’autres inédits. Ouvriers, paysans, artistes et artisans, paysages urbains, industriels, maritimes, scènes de rue et bribes anecdotiques. Saisissant « les gestes ordinaires de gens ordinaires dans des situations ordinaires », que n’a-t-il pas photographié ?


Robert Doisneau , Jean-Claude Gautrand, éd. Taschen, 540 p., 49 euros.

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.