Pierre Khalfa : « En Grèce, une sortie de l’euro ne résoudrait rien »

Au lieu du compromis politique recherché par les dirigeants grecs, la Banque centrale européenne est engagée dans un coup de force ne laissant d’autre choix que de capituler, estime Pierre Khalfa.

Les dirigeants grecs sont attendus de pied ferme à Bruxelles alors que le pays souhaite un « programme-relais » d’ici à la fin juin pour assurer les besoins financiers immédiats et échapper aux plans d’austérité. Le Premier ministre, Alexis Tsipras, doit participer le 12 février à son premier sommet européen, au lendemain d’une réunion des 19 ministres des Finances de la zone euro, qui a étudié les propositions du gouvernement grec. Que pensez-vous de la récente décision de la Banque centrale européenne…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.