Sivens : les menaces d’expulsions planent sur la ZAD

Lena Bjurström  • 2 février 2015 abonné·es
Sivens : les menaces d’expulsions planent sur la ZAD
© Photo : REMY GABALDA / AFP

Mettre fin à la ZAD de Sivens ? Ségolène Royal l’avait envisagé à l’échéance de quelques mois, mais les élus locaux semblent vouloir précipiter le calendrier.

Samedi, les zadistes ont ainsi appris qu’une procédure d’expulsion en référé était en cours, à la demande du conseil général du Tarn, promoteur du projet de barrage, et de la Compagnie générale des coteaux de Gascogne (CACG), maître d’œuvre du chantier.

Dans le viseur : La Métairie neuve, ancienne ferme à l’entrée du site, ainsi que plusieurs parcelles, où tentes et cabanes dans les arbres ont fleuri au fil des mois.

Une première comparution devant le tribunal d’instance d’Albi doit avoir lieu ce lundi après-midi, suivie d’une seconde mardi 3 février.

De quoi attiser les tensions à Sivens, où les relations entre zadistes et pro-barrages sont déjà électriques.

Dimanche, ces derniers ont tenté de bloquer les accès au site, empêchant ainsi certains visiteurs d’assister aux visites et animations organisées sur la ZAD par des associations, et ce à la veille de la Journée mondiale des zones humides. Un «blocage en force» par «des milices en tenue de chasseur» dénoncé par les zadistes dans un communiqué.

L’offensive des pro-barrages s’est poursuivie ce lundi par le communiqué de deux syndicats d’agriculteurs. La Fédération régionale des syndicats d’exploitants agricoles (FRSEA) et les Jeunes agriculteurs du Midi-Pyrénées y accusent l’État d’ «être incapable de faire respecter le droit sur le site de Sivens» .

Les syndicats ont annoncé qu’ils interdiront à «tout contrôleur de l’État» d’entrer dans leurs exploitations, tant que le site du barrage de Sivens restera occupé par les zadistes.

Écologie
Temps de lecture : 1 minute

Pour aller plus loin…