Le nucléaire en panne d’avenir

Le sinistre économique d’Areva, géant français de l’atome, est révélateur des importantes difficultés qu’affronte une filière en déclin mondial.

La catastrophe industrielle était annoncée, mais « c’est plus dramatique encore que ce que nous pouvions imaginer », s’étonne le député EELV Denis Baupin, rapporteur en mai dernier d’une commission d’enquête sur le coût de la filière nucléaire. Mercredi 4 mars, Areva a confirmé une perte colossale de 4,8 milliards d’euros en 2014. Le géant français de l’atome – 40 000 salariés dans une trentaine de pays – paye les erreurs d’une stratégie d’expansion. Le groupe numéro un mondial dans certains secteurs (de…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents