Manuel et intellectuels (« À flux détendu »)

Les intellectuels, chercheurs et universitaires qui ont répondu au Premier ministre n’y sont pas allés de main morte.

Cet article est en accès libre. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas se financer avec la publicité. C’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance : achetez Politis, abonnez-vous.


Serait-ce l’effet des effluves de son cigare qui a rendu Manuel Valls euphorique face aux résultats du Front national dimanche soir ? Sur RTL, le lendemain matin, il se disait encore « réjoui ». « La preuve que la mobilisation contre le FN, ça marche ! »  : c’était l’élément de langage des socialistes, outre le déni de réalité sur leur propre défaite. En revanche, Manuel Valls s’est moins vanté des résultats de son interpellation des intellectuels, quelques semaines plus tôt. « Engagez-vous, rengagez-vous », qu’il leur a dit, comme dans Astérix. Parce qu’en l’occurrence, ce n’est pas un cigare qu’il a pris, mais une sacrée veste. Les intellectuels, chercheurs et universitaires qui lui ont répondu n’y sont pas allés de main morte. En particulier ceux qui travaillent sur le FN depuis de nombreuses années, comme Maryse Souchard, dont la réplique sur Politis.fr est cinglante, ou, plus proche du PS, Michel Wieviorka, pour qui le silence des intellectuels n’existe pas, tandis que « l’indifférence des politiques » à l’égard de leurs travaux est bel et bien réelle. La riposte la plus incisive et la plus argumentée, c’est un journaliste qui la lui a fournie : Robert Maggiori, pilier de Libération, en particulier de ses pages « Livres ». Relégué en « Tribune », alors que le quotidien, le 20 mars, ouvrait sur le sujet, sans doute pour ne pas faire d’ombre à l’édito de Laurent Joffrin donnant raison au Premier ministre, son texte analyse sans pitié comment la gauche au pouvoir « n’a pas hésité à effectuer un “tournant néolibéral” », abandonnant « le terrain de la bataille des idées ». « Elle a égaré, poursuit-il, et fait perdre le monde intellectuel. Il lui reste à gouverner “à l’émotion”, à en appeler non à la raison ni aux “Lumières”, mais à la peur. » N’est-ce pas ce qu’a fait Manuel Valls contre le FN ? Sans empêcher l’enracinement de celui-ci, avec 25,12 % des voix.


Conversion depuis afd-xml

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.