Parutions de la semaine

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


J’irai jusqu’à la mer

Laurent Hasse, éd. Payot, 272 p., 18 euros.

La marche est à la mode. Nombre de personnalités se sont récemment piquées de ce « hobby », à grands renforts d’échos médiatiques. Rien de tout cela dans ce beau récit. Après un grave accident et un long coma, Laurent Hasse, 45 ans, a traversé la France à pied, de l’Espagne à Dunkerque, sur 1 500 kilomètres, d’abord « à la rencontre de lui-même et des autres ». En posant aux anonymes croisés par hasard la question suivante : « C’est quoi le bonheur pour vous ? » Pudique, voire en retrait, l’auteur livre ici un portrait émouvant de la France « d’en bas » d’aujourd’hui, finalement plutôt « inattendue, ni naïve ni pessimiste » .

Ceci n’est pas qu’un tableau. Essai sur l’art, la domination, la magie et le sacré

Bernard Lahire, La Découverte, 600 p. (+ 4 p. de cahier en couleurs), 25 euros.

En 1657, Nicolas Poussin peint La Fuite en Égypte au voyageur couché, toile majeure qui disparut jusque… dans les années 1980 ! Plusieurs versions du tableau offrent l’occasion à des experts internationaux de s’affronter quant à leur authentification. Le sociologue Bernard Lahire, professeur à l’École normale supérieure de Lyon, s’empare de cette histoire « aux allures d’intrigue policière » pour analyser les ressorts de cette « magie sociale » qui crée la valeur et opère dans l’art autant que dans l’économie, la politique, la mythologie, la religion ou la science. Ou comment ce qui n’est peut-être qu’une simple copie devient un maître-ouvrage et son admiration, une forme de domination. Une somme sur les formes de « sacré » que notre société ne sait ou ne veut pas voir.

Lire la première phrase du Capital

John Holloway, traduit de l’anglais par José Chatroussat, éd. Libertalia, 83 p., 8 euros.

« La richesse des sociétés dans lesquelles règne le mode de production capitaliste apparaît comme une “gigantesque collection de marchandises”, dont la marchandise individuelle serait la forme élémentaire. » De quelle « richesse », de quelle « marchandise » la première phrase du Capital parle-t-elle ? Pourquoi le verbe « apparaître »  ? Dans un court essai, le sociologue et politiste d’origine irlandaise John Holloway revient sur l’ouverture de l’œuvre de Marx. Sur notre indifférence à la première lecture, notre « indignation » à la seconde, notre « dégoût contre nous-mêmes » à la troisième. Pour les experts de Marx, une exégèse de plus. Pour les néophytes, une bonne entrée en matière dans la pensée du philosophe…


Haut de page

Voir aussi

Le goût subtil de la gentrification

Société
par ,

 lire   partager

Articles récents