Photographie : L’Italie de Bernard Plossu

Cet article est en accès libre. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas se financer avec la publicité. C’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance : achetez Politis, abonnez-vous.


Derniers jours ! Nous avons déjà salué dans ces pages l’exposition de Grégoire Korganow à la Maison européenne de la photographie (MEP). Dans ces mêmes murs, Bernard Plossu propose sa vision de l’Italie sur une trentaine d’années, fidèle à ses origines. Clichés de la Riviera, de la côte Adriatique, de pourtours méditerranéens, d’intérieurs plus discrets. En noir et blanc et en couleurs. En une centaine d’images, ce sont autant d’impressions transalpines. On peut y lire une mutation de l’Italie au cours de ces années… mais à peine. C’est que les clichés de Plossu, pour le coup, à force d’être intemporels, un brin frustrants, tombent dans le vide. Ça reste chouette, mais loin du travail au plus pur de l’épure de Ludovic Lacroze ou Stéphane Horel sur le même sujet.


L’Italie de Bernard Plossu , MEP, 4, rue de Fourcy, Paris IVe, jusqu’au 5 avril.

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.