Tunisie : Fragile symbole

Ce que les jihadistes veulent tuer, avec l’attentat du Bardo, c’est un compromis laïque unique dans le monde arabe.

Que reste-t-il des révolutions arabes ? Réponse : la Tunisie. L’Égypte est redevenue une dictature militaire, plus épouvantable encore que sous Moubarak. La Syrie est broyée par un étau monstrueux entre le régime de Bachar Al-Assad et Daech. À Bahreïn, le soulèvement a été réprimé par l’armée saoudienne. La révolte yéménite de 2011 vire aujourd’hui à l’affrontement entre Al-Qaïda et Daech. Quant à la Libye, elle sombre dans le chaos. Il y a donc bien une singularité tunisienne qui suffit à expliquer…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.